TRM : plébiscité vs oublié ?

La FNTR a réalisé une enquête sur la perception du TRM par les Français. Si le secteur est plébiscité pour son rôle pendant la crise sanitaire, il connaît des difficultés majeures pour s’en relever.

transport-routier-vig.jpg

On nous aime !

La FNTR a réalisé et publié récemment une enquête sur la perception des Français concernant le secteur du TRM. L’étude révèle que 97 % des Français estiment que le transport routier de marchandises a été essentiel pendant le confinement et 80 % pensent que le secteur doit être « soutenu et accompagné par le gouvernement ». C’est une vraie déclaration de reconnaissance de la part de la Nation pour un secteur d’activité qui a assuré la continuité des approvisionnements pendant la crise de Covid-19.

Oui mais…

Cette réactivité et cet engagement dont ont fait preuve les entreprises du transport et de la logistique ne les ont pourtant pas mis à l’abri de difficultés conjoncturelles qui s’installent dans la durée avec une perte de 40 % de leur chiffre d’affaires sur les trois derniers mois sur l’ensemble du secteur.

  • Concurrence et diminution des prix du transport et de l’affrètement
  • Baisse du CA de 27 % en mai et de 40 % en avril juin
  • Augmentation de 10 % des kilomètres à vide
  • Charges liées aux coûts directs d’équipements de protection
  • Perte de productivité
  • 1/3 des entreprises du TRM sont toujours en arrêt partiel.

Face à toutes ces difficultés, ajoutées à la crainte de devoir réduire l’effectif des collaborateurs, 49 % des entreprises ne sont pas confiantes quant à l’avenir.

À ce jour, parmi d’autres mesures de soutien, la FNTR a demandé le prolongement du dispositif de prise en charge compète du chômage partiel, sans accord de la part du gouvernement.

 

Alors, comment harmoniser ce paradoxe ?

Le transport routier de marchandises est un maillon essentiel de la chaîne logistique, chacun a pu mesurer son rôle primordial mais sans un coup de pouce des pouvoirs publics pour une relance économique pérenne, de nombreuses entreprises risquent de continuer à souffrir du contexte post-Covid-19.

Pour en savoir plus :

FNTR
4e enquête FNTR, 8 /15 juin 2020
Sondage ODOXA / FNTR


Article précédentBREXIT : les échanges transmanche contrariés
Article suivantTICPE : périodicité du remboursement réduite à 3 mois